Trier

La démarche Construction Propre vise le tri, le recyclage et la valorisation des déchets issus des constructions.

Propreté

Maintenir l'environnement de la construction dans un état de propreté sans abandonner, enfouir ni brûler les déchets.

Engagement

Mobiliser tous les acteurs de votre projet autour d'un objectif commun, dans une démarche de développement durable.

Un label propre pour votre maison

Les sociétés du Groupe Demeures Caladoises Participations ont adopté en juin 2012 le Label Construction Propre. Ce label a pour ambition de réduire l'empreinte écologique des projets de construction de maison individuelle en adoptant une série de principes qui vise à préserver l'environnement des constructions avec une gestion responsable et saine qui consiste à trier, recycler, valoriser les déchets en impliquant les acteurs d'un projet de construction, du superviseur à l'apprenti.

nov.21

Qu'est-ce qu'une maison passive ?

Nouveau standard de construction, la maison passive fait l’objet de nombreuses interrogations à son sujet. Voici les réponses aux plus courantes d’entre elles.

Qu’est-ce qu’une maison passive ?

Une maison passive définit un type de maison dont la particularité est de limiter au maximum ses besoins énergétiques. Une maison passive multiplie ainsi les astuces et solutions de construction pour être la plus sobre sur le plan énergétique, et consommer le moins d’énergie possible. Lorsqu’on parle de maison passive, on s’attarde généralement sur les questions d’isolation et de chauffage. Dans ce domaine, la maison passive est conçue de telle façon qu’elle puisse proposer à ses occupants une chaleur intérieure agréable tout au long de l’année, sans avoir recours aux solutions de chauffage traditionnelles.

Maison passive : comment ça fonctionne ?

Le principal concept de la maison passive se résume à conserver la chaleur produite à l’intérieur de la maison (par les occupants, par les appareils électriques, etc.) et à puiser la chaleur de l’extérieur (soleil) pour combler les besoins en chauffage. Pour y parvenir, la maison passive est construite avec des matériaux isolants ultra-performants et un système de ventilation capable de récupérer la chaleur de l’air sortant pour réchauffer l’air entrant.

Maison passive : des enjeux écologiques

La maison passive s’inscrit pleinement dans une démarche de construction de maisons et de bâtiments économes en énergie, et respectueux de l’environnement. Comparée à une maison « classique » construite selon la norme RT 2012, une maison passive affiche une dépense énergétique deux fois inférieure pour le chauffage. L’impact d’une maison passive sur l’environnement est donc moindre, même lorsque celle-ci est construite avec des matériaux non naturels.

Maison passive : quel budget ?

Le coût d’une maison passive dépasse de 5 à 10 % environ celui d’une construction répondant à la norme RT 2012. À l’année, une maison passive permet toutefois de réaliser des économies d’énergie qui compensent, à moyen et long termes, le surcoût lié à la construction.

Réagir à cet article
nov.21

Qu'est-ce qu'une maison à énergie positive ?

La démarche

Présentée comme la maison du futur, la maison à énergie positive intéresse de plus en plus de propriétaires. Voici l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur ce type de maison.

Qu’est-ce qu’une maison à énergie positive ?

La maison à énergie positive définit un concept révolutionnaire de maison capable de produire plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Autrement dit, c'est une maison qui produit, seule, suffisamment d’énergie pour pouvoir couvrir tous les besoins énergétiques de ses occupants (chauffage, eau chaude, etc.) sans avoir besoin de recourir à une source d’énergie extérieure, et qui peut éventuellement revendre son excédent énergétique.

Quels sont les avantages d’une maison à énergie positive ?

Le principal avantage de la maison à énergie positive est de supprimer la consommation d’énergie extérieure. Les propriétaires de ce type de maison ne paient donc généralement plus de facture énergétique, et peuvent même faire des bénéfices liés à leurs installations. Sur le plan écologique, la maison à énergie positive a le mérite de faire appel à des énergies renouvelables. Elle participe ainsi à la préservation de la planète en limitant le recours à des énergies fossiles ou polluantes.

Quelles sont les limites ?

L’efficacité dépend de la qualité de la construction et, surtout, reste soumise aux aléas climatiques. Il est par exemple difficile de produire suffisamment d’énergie pour une maison individuelle à l’aide de panneaux solaires photovoltaïques dans une région ou à une période de l’année peu ensoleillée. La construction d’une maison à énergie positive présente également un surcoût, de l’ordre de 10 à 15 % par rapport à une maison plus traditionnelle. Ce surcoût à la construction est toutefois compensé à long terme par l’absence de dépenses énergétiques du ménage tout au long de l’année. La maison à énergie positive n’offre cependant que des possibilités limitées en termes d’architecture : oubliez par exemple une toiture plate empêchant la pose de panneaux solaires.

Réagir à cet article
nov.21

Les labels de construction

La démarche

Les labels de construction délivrent de bonnes indications sur la qualité d’une maison ou d’un bâtiment au regard des préoccupations environnementales, énergétiques, etc. En voici quelques-uns.

La norme RT 2012

La RT 2012 est une norme plus qu’un label, mais elle permet de se faire une idée bien précise des performances énergétiques d’un logement. Amenée à être remplacée par la RT 2020, la norme RT 2012 impose aux professionnels du bâtiment la construction de maisons et/ou bâtiments efficaces sur le plan énergétique, et performants sur le plan de l’isolation.

La certification NF Maison Individuelle

La norme ou certification NF Maison Individuelle se présente comme une garantie pour toutes celles et ceux qui souhaitent faire construire une maison de qualité. Délivrée par le CEQUAMI, la certification NF Maison Individuelle vise à sécuriser les particuliers dans leur démarche de construction d’une maison. Elle fait partie des labels de construction qui vous apportent une certaine assurance et une garantie de livraison d’une habitation avec des prestations de qualité.

Le label Construction Propre

Le label Construction Propre est un label de construction qui rassemble des critères de qualité, de sécurité et de respect de l’environnement. Il s’agit, principalement, de proposer la construction de maisons individuelles en adoptant une démarche de développement durable (choix des matériaux, réduction du volume des déchets, etc.).

Le label de performance environnementale Energie Positive et Réduction Carbone

Imaginé par l’Etat français, le label Energie Positive et Réduction Carbone s’adresse aux professionnels de la construction qui ont pour ambition de proposer des habitations passives ou des maisons à énergie positive.

Le label HPE

Le label HPE (pour Haute Performance Energétique) est un label délivré par l’Etat aux habitations construites avec pour objectif de limiter la consommation énergétique primaire (chauffage, eau, éclairage, etc.) au maximum (10 % de plus que les exigences fixées par la RT 2012). Lorsque la consommation énergétique est réduite de 20 %, le label THPE (Très Haute Performance Energétique) remplace le label de construction HPE.

Réagir à cet article
nov.21

Le cycle du recyclage

La démarche

Omniprésent dans notre société actuelle, et dans tous les domaines (professionnel, privé, etc.), le recyclage répond à un processus, ou cycle, bien particulier.

Le recyclage en quatre étapes

Il est assez courant de résumer le cycle du recyclage à quatre étapes :

  • L’achat : avant de basculer dans la catégorie des déchets, un produit est d’abord et avant tout un objet fabriqué puis acheté par un individu. A priori anodine, cette étape conditionne le cycle du recyclage. On ne recycle pas de la même manière des céréales achetées en vrac et des céréales emballées dans un sachet plastique, lui-même conditionné dans une boîte en carton. De plus, il est déjà possible de réduire les déchets dès cette étape, notamment en utilisant ses propres contenants ;
  • La consommation : c’est l’étape qui fait basculer le produit dans la catégorie déchet. À noter qu’en fonction des produits, cette étape peut prendre quelques minutes seulement (consommation d’un soda en canette) à plusieurs années (consommation d’un matériau isolant pour renforcer l’isolation thermique d’une maison) ;
  • Le tri : lorsqu’il est arrivé en fin de vie, un produit entre dans une phase de tri. Il s’agit ici d’encourager le tri sélectif pour que chaque produit, chaque déchet, puisse parvenir à la 4e et dernière étape du cycle de recyclage dans les meilleures conditions ;
  • Le recyclage : une fois triés, les déchets font l’objet d’un recyclage par des entreprises spécialisées dans ce secteur. La plupart des déchets recyclés sont ensuite utilisés pour la fabrication de nouveaux produits (matériaux de construction, produits textiles, etc.). Lorsque c’est le cas, un nouveau cycle se met alors en place (retour à l’étape 1).

Cycle de recyclage : quels sont les enjeux ?

À travers ce cycle, on distingue deux enjeux majeurs :

  • La diminution de la pollution liée à la dégradation des produits et matériaux ;
  • La préservation des ressources naturelles grâce à l’utilisation de matières déjà existantes plutôt que de nouvelles matières.

Réagir à cet article
nov.21

Qu'est-ce que la construction durable ?

La démarche

Encouragée depuis de nombreuses années par le gouvernement français et les professionnels du bâtiment, la construction durable a le vent en poupe. Définition, principes, enjeux, voici l’essentiel de ce qu’il faut savoir à son sujet.

Construction durable : définition

Aussi appelée écoconstruction, la construction durable définit une méthode de construction ou de rénovation visant à optimiser les performances énergétiques d’un logement. Dans le même temps, la construction durable se doit de tout mettre en œuvre pour limiter l’impact de la construction sur l’environnement et pour assurer la plus grande qualité de vie possible aux occupants du logement. Le plus souvent, elle intègre dans le projet de construction le concept de l’ACV (pour Analyse du Cycle de Vie). Il s’agit d’une méthode d’évaluation destinée à mesurer l’impact environnemental d’un produit ou d’un service, depuis sa fabrication jusqu’à sa gestion en fin de vie. À noter que la construction durable est en lien étroit avec la réglementation thermique 2020 (RT 2020) qui encourage la construction de bâtiments et maisons à énergie positive (BEPOS).

Quels sont les enjeux ?

Les enjeux de la construction durable se déclinent dans les registres de l’environnement et de la qualité de vie. Sur le plan environnemental, l’écoconstruction donne la priorité aux matériaux de construction durable et recyclables tels que le chanvre, la brique de terre crue, la fibre de bois, la ouate de cellulose, la laine de mouton, etc. Elle prône également l’utilisation des énergies renouvelables (géothermique, solaire, bois, etc.), et invite les propriétaires ou locataires de la construction à mieux gérer les ressources. Côté occupants, la construction durable permet de profiter d’un logement sain (meilleure qualité de l’air intérieur) et d’un plus grand confort (isolation acoustique, isolation thermique, etc.). Elle garantit enfin des économies importantes sur la facture énergétique, une fois le coût des investissements initiaux amortis.

Réagir à cet article

Demeures Caladoises, Maisons Punch, Maisons Primarêve, Art et Traditions Méditerranée et Cerfii adhèrent à la charte Construction Propre.



Tous les cinq s’engagent dans un processus de développement durable visant à limiter les déchets issus de leurs réalisations dans le cadre du concept «Construction Propre®».

Facebook

Twitter

Youtube

Partenaires : Boucherie Centrale